Le prieuré St Georges

Le prieuré St Georges

Vivonne : Journées du patrimoine et prieuré St Georges

Les journées européennes du patrimoine ont pour objectif de sensibiliser davantage les citoyens européens à la richesse et à la diversité culturelle. Elles permettent au grand public de visiter des monuments, des sites et des édifices publics ouverts pendant l’année par un accès gratuit. Mais ces journées donnent aussi la possibilité de visiter  des sites qui ne sont pas en général accessibles, car ils appartiennent à des particuliers et sont donc du domaine privé. Une  seule visite de ce type était possible à Vivonne ce week-end : le prieuré de St Georges proche du chevet de l’église du même nom (photo1). Occupé jusqu’à la Révolution par des chanoines, ce petit Prieuré abrité derrière l’église, a un charme simple, discret et paisible. La première partie est construite au XVe siècle dans le style angevin qui vient s’accoler sur une tour modifiée datant du XIIe, la deuxième partie construite au XVIe, puis une troisième fin XIXe et la quatrième au XXIe (photo 2). Une première  datation peut être effectuée en partie, grâce à des écrits vers 1105 car on sait alors qu’un prieur de St Georges perçoit une dîme prélevée. Ce prélèvement  sera effectif jusqu’en 1774. D’autre part les relevés des biens et revenus ecclésiastiques (pouillés) nous apprennent qu’un archevêque de Bordeaux Bertrand Le Got l’a visité en 1304 (prêches, confirmations et tonsures).*

Le contexte de l’an mil à la fin du moyen âge

Il ne faut pas non plus oublier que des témoignages du XV° siècle sont très présents dans Vivonne : en 1489, presque la moitié de l’habitat est concentré sur l’axe de la Grand Rue et de la basse Rue, de la porte du palais au couvent des Carmes et du carrefour des Forges à la levée de la Vonne (1). Sur la Grand Rue aujourd’hui, des maisons possèdent encore soit une porte soit une fenêtre de style gothique flamboyant, ainsi qu’une fenêtre en accolade de la même époque (photo 3). Une autre maison dans cette même rue (angle avec une venelle) est flanquée d’une tour avec escalier à vis*. D’une autre manière dans le centre bourg, l’édifice de l’église St Georges reste la grande référence de cette période de l’histoire vivonnoise. Si on perçoit l’influence romane, dans son portail avec son arc brisé, à voussures, et ses chapiteaux à feuillage, une 2° phase de construction située au XIIIe siècle, a précédé  la construction du clocher au XIV° et XV° siècle et la réfection des croisées d’ogives de la nef au XV°. De source sûre on sait que dès le  XI° et XII° siècle cet édifice a été légué par ses propriétaires Hervé et Pierre Fort (1) qui en ont fait don par charte aux moines de l’abbaye de St Cyprien à Poitiers, consacrant ainsi la paroisse de St Georges comme la plus importante à Vivonne, par sa perception de la dîme.

Un prieuré dans l’ombre de l’église St Georges

C’est dans ce contexte historique que le prieuré qui est situé à quelques mètres du chevet de l’église doit être observé (photo 4). Vous avez à peine le temps de faire crisser vos pieds sur le gravier de l’écrin que constitue la cour intérieure, que la propriétaire Chantal Queron vous reçoit avec un large sourire accueillant. D’emblée, son premier regard et l’assurance de ses propos vous confirment, qu’elle est bien la maîtresse de ces lieux. Par ailleurs, elle se défend d’être dans la certitude quant à l’histoire de son logis. Elle déclare rester très prudente et ne pas se laisser aller à n’importe quelle interprétation. La suite va nous prouver sa dévotion pour son patrimoine et ses recherches historiques.

 On se doute, que ce type d’édifice ne peut être aussi bien sauvegardé et restauré autant sur le plan architectural, que sur le plan  de sa mémoire et de son passé, qu’en raison de la passion qui habite ses propriétaires. Laissons notre guide nous inviter à faire le tour du propriétaire.

Tourelle et fenêtre

Le premier pas est dédié à la tourelle du XV° style angevin (photo 5). On sait que fenêtre et tourelle du XV°, avec escalier à vis, sont inscrites à l’inventaire des monuments historiques depuis 1935. C’est cette partie de la maison confie-t-elle qui a particulièrement fait l’objet de ses recherches: « cette porte de style gothique, est une porte à linteau en anse de panier avec jambages moulurés terminés par leurs bases en forme de prismes…sur le linteau continue-t-elle, le blason aujourd’hui effacé est encadré de feuilles de houx » (photo 6). Et si elle décèle une quelconque surprise sur votre visage, elle rajoute : « et n’oubliez pas que le houx symbolise la persistance de la vie, et ses épines la protection mais aussi la stabilité et la durée » très utilisé au demeurant comme porte-bonheur sur les portes des maisons au moyen-âge.…de quoi souhaiter habiter ici ad vitam aeternam…Vu la proximité de l’église la question est posée de savoir si l’épisode de St Georges est omniprésent ? « Eh bien oui, car au-dessus de la porte, trône une fenêtre ouvragée qui comporte un ouvrant, un linteau à arbalète, et une banquette sculptée qui laisse apparaître encore aujourd’hui de part et d’autre St Georges et le dragon, avec un décor central composé essentiellement par une guirlande de feuilles d’achante » (photo 7). Et là si elle rencontre votre regard incrédule, la propriétaire persiste et signe: « les feuilles d’achante restent le symbole repris au Moyen-âge, qui indique les épreuves de la vie et de la mort ». On voit ici qu’on nage en plein symbolisme qui traduit simplement le sentiment collectif au moyen-âge de l’attitude de l’homme devant la mort sans qu’elle n’apparaisse comme un scandale, et sans que vie et au-delà ne soient obligatoirement dissociés. En effet entre le 5e et le 18e siècle, on peut parler d’une « mort apprivoisée » avecla persistance d’une attitude presque inchangée devant la mort, qui traduisait une résignation naïve et spontanée au destin et à la nature (2). Cette mort apprivoisée coïncide avec le rapprochement des vivants et des morts quand les cimetières s’installent à proximité des villes et des campagnes et surtout près des églises dans la chrétienté latine.

Une volonté de sauvegarde tenace

La visite se poursuit avec de plus en plus la conviction pour le visiteur que les hôtes ont montré une volonté tenace de préserver et de restaurer ce lieu. « Nous avons fait beaucoup pour que ce prieuré garde sa nature première, avec les moyens que nous avons pu dépenser à cet effet ». A l’origine, la tour est placée contre la façade de l’édifice ; ce qui a permis d’aménager l’escalier à vis tournant en spirale, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, autour d’un noyau de pierre qui soutient toutes les marches. « En réalité cette tour a été tronquée pendant plus de 200 ans. Elle a été restaurée à l’identique en 1998, le maître d’œuvre en a été l’architecte en chef des monuments historiques Michel Dolpus » (photo 8). Cette réalisation a nécessité l’intervention des compagnons du devoir, avec une charpente en bois de cœur de chêne chevillé et des fermes hautes. En fait, on apprendra plus tard que débutée sans doute au XV° siècle sur des fondations datant du XII°, la deuxième partie de la construction date du XVI° avec l’épaisseur des murs et la charpente à fermes basses qui autorisent cette précision. La troisième partie date plus du XIX° siècle avec une construction plus légère, une petite cheminée en marbre rouge du Languedoc, et une charpente plus traditionnelle datant de cette époque. Enfin, dernière étape de la rénovation, le XXI° siècle avec le souci de la continuité du style antérieur en accord avec les architectes, sur le choix des matériaux et des ouvertures. Petite contribution à l’agencement ajoutée par notre guide : la porte actuelle de cette tourelle est située au sud. Mais initialement elle avait été installée au nord puis murée, remplacée par une fenêtre.

L’homme vert de la tour 

Le visiteur est loin d’être au bout de ses surprises. En effet l’intérieur de la tour, au départ de l’escalier, recèle une sculpture installée sur l’angle du mur, qui ne peut qu’exciter sa curiosité. Marquée par son origine culturelle celte où l’homme est multiple, et échappe à un monde monothéiste, il s’agit d’un « homme vert » (photo 9) ignoré jusqu’ici par les livres qui  ont trait à l’histoire de Vivonne. L’architecture romane et gothique a fourni un support parfait pour l’intrusion et l’insertion de nombreuses fioritures, feuillages, palmes, plantes et rinceaux tout droits issus de l’Islam aux frontières de l’art roman (3). « Au XIII° siècle, explique Chantal Queron, le style français du masque feuillu commence à se répandre en France ; même s’il reste prépondérant en Angleterre. Il suffit de rappeler que la cathédrale de Chartres concentre pas moins de 70 hommes verts dans leur diversité, soit sous forme de masques de feuilles ou de « dégorgeoirs » de végétation. Ici il s’agit d’une tête « régurgitant », dont le feuillage sort par la bouche ». Il est vrai que les bourgeons peuvent symboliser les connaissances acquises et le renouveau de la nature. De plus ajoute-t-elle « nous sommes en présence de feuilles d’amandiers et de ses bourgeons, avec leur origine méditerranéenne ; et de surcroît la tête a des yeux en amande… ». Effectivement ses feuilles sortent de la bouche du personnage, et peuvent symboliser la parole, au sens de la transmission orale, de l’intelligence par le langage.

Une cheminée gothique

Une dernière découverte, grâce aux largesses de notre guide attend le visiteur : la présence d’une ample cheminée gothique dans une des pièces du prieuré ; là encore ignorée du public. Chantal Queron raconte : « avant l’achat du logis, au cours d’une visite, mon mari m’avait confié avoir vu par un trou au-dessus du potager du côté droit de la pièce, une  portion de cheminée sculptée obturée par une cloison. Le même jour de la signature de la vente chez le notaire nous nous sommes précipités avec enthousiasme pour enlever la cloison et vers 23h : quelle surprise nous avons eu en voyant apparaître une magnifique cheminée gothique, qui a été convenablement et proprement dégagée et nettoyée depuis » (photo 10)…Chantal Queron a consacré une partie de sa vie à des recherches fructueuses pour comprendre et restituer le parcours historique de son prieuré. Elle continue à vouloir atteindre ses objectifs : maintenir son patrimoine en l’état et pouvoir le faire agréer en tant que ressource par la DRAC et les monuments historiques, notamment pour protéger son homme vert et sa cheminée gothique. Espérons que son appel sera entendu.

(1) Vivonne de l’antiquité à la fin du moyen âge. Frédéric Puissant

(2) L’homme devant la mort. Philippe Ariès

(3) Le moyen âge roman. Henri Focillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *